Accueil   /  Culture  /  Patrimoine
L’ancienne scierie d’Isérables au Plantorny
La première scierie bâtie au Plantorny fut tout d’abord construite sur la rive gauche de la Faraz, sans doute au début des années 1890. Malheureusement celle-ci fut emportée par la rivière en 1895.
En 1896, fut érigée une nouvelle scierie, cette fois-ci sur la rive droite de la Fare, c’est le bâtiment que l’on peut encore contempler aujourd’hui. Cette scierie servait principalement aux habitants d’Isérables, mais on peut relever que durant la guerre 1914 – 1918, du bois pour la « Société Anthracite S.A. » (exploitation de mines) fut scié.
En 1945 une scierie électrique fut construite au village. Néanmoins l’exploitation de l’ancienne scierie continua jusqu’en 1957. A cette date, la Commune d’Isérables permis à la société de la Grande-Dixence d’exploiter la Faraz pour ses installations. La rivière fut partiellement détournée et le débit d’eau devint insuffisant pour continuer à faire tourner la grande roue à aube.
La scierie, bien que devenue improductive, fut entretenue environ jusque dans les années 1970. Puis, petit à petit, elle s’ombra dans l’oubli et se détériora. Au début des années 1990, afin d’éviter que le délabrement ne se poursuive et que ce témoin du passé ne disparaisse, la Commune d’Isérables, par sa Commission culturelle, entreprit les démarches nécessaires à la rénovation.
Si vous désirez observer cette magnifique installation, aujourd’hui totalement rénovée, elle est située à environ 3 km du village, au fond du vallon, en contrebas de la route menant aux Crettaux ou à la Tzoumaz, par la forêt verte.
L’ancienne scierie d’Isérables au Plantorny -  © : Iserables
L’ancienne scierie d’Isérables au Plantorny - © : Iserables
L’ancienne scierie d’Isérables au Plantorny -  © : Iserables
L’ancienne scierie d’Isérables au Plantorny - © : Iserables
Les raccards
Les raccards sont des constructions en bois, posées sur des piliers surmontés de grandes pierres plates et rondes ; ceci afin que les souris ou autres rongeurs ne puissent accéder aux réserves.
Les particularités du raccard sont nombreuses : il renferme une allée centrale, où l’on battait le blé, afin de récolter les graines. De chaque côté de cette allée, il existe deux parties latérales, celles-ci sont divisées en plusieurs parties selon le nombre de propriétaires, souvent 4 ou 6, sur un seul étage. Il n’y a qu’une seule large porte d’entrée. Tout autour du raccard, il y a des galeries recouvertes par les avant-toits, qui servaient aussi à l’entreposage de la paille, du blé ou du foin. Les toits étaient recouverts de bardeaux en bois de mélèze.
Les raccards étaient souvent construits à l’extérieur du village, proche des plantations et de manière regroupée, afin d’utiliser le moins possible de surface cultivables.
A Isérables, afin de sauvegarder ces magnifiques constructions, la commune a choisi de faire rénover les raccards situés à Thur et au Cotayer. Vous pouvez les admirer en suivant les deux boucles de « La Voie des Erables ».
Les Racccards -  © : Iserables
Les Racccards - © : Iserables
Login